Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 09:16

"Myope comme une taupe", "rusé comme un renard", "serrés comme des sardines"... les termes empruntés au monde animal ne se retrouvent pas seulement dans les fables de La Fontaine, ils sont partout.


La preuve : que vous soyez fier comme un coq, fort comme un bœuf, têtu comme un âne, malin comme un singe ou simplement un chaud lapin, vous êtes tous, un jour ou l'autre, devenu chèvre pour une caille aux yeux de biche.


Vous arrivez à votre premier rendez-vous fier comme un paon et frais comme un gardon et là, ... pas un chat ! Vous faites le pied de grue, vous demandant si cette bécasse vous a réellement posé un lapin.
Il y a anguille sous roche et pourtant le bouc émissaire qui vous a obtenu ce rancard, la tête de linotte avec qui vous êtes copain comme cochon, vous l'a certifié : cette poule a du chien, une vraie panthère ! C'est sûr, vous serez un crapaud mort d'amour. Mais tout de même, elle vous traite comme un chien.

 

Vous êtes prêt à gueuler comme un putois quand finalement la fine mouche arrive. Bon, vous vous dites que dix minutes de retard, il n'y a pas de quoi casser trois pattes à un canard. Sauf que la fameuse souris, malgré son cou de cygne et sa crinière de lion est en fait aussi plate qu'une limande, myope comme une taupe, elle souffle comme un phoque et rit comme une baleine. Une vraie peau de vache, quo ! Et vous, vous êtes fait comme un rat.


Vous roulez des yeux de merlan frit, vous êtes rouge comme une écrevisse, mais vous restez muet comme une carpe. Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez, mais vous sautez du coq à l'âne et finissez par noyer le poisson. Vous avez le cafard, l'envie vous prend de pleurer comme un veau (ou de verser des larmes de crocodile, c'est selon). Vous finissez par prendre le taureau par les cornes et vous inventer une fièvre de cheval qui vous permet de filer comme un lièvre.


C'est pas que vous êtes une poule mouillée, vous ne voulez pas être le dindon de la farce. Vous avez beau être doux comme un agneau sous vos airs d'ours mal léché, faut pas vous prendre pour un pigeon car vous pourriez devenir le loup dans la bergerie.

 

Et puis, ça aurait servi à  quoi de se regarder comme des chiens de faïence. Après tout, revenons à nos moutons : vous avez maintenant une faim de loup, l'envie de dormir comme un loir et surtout vous avez d'autres chats à fouetter.

Billet d'humour de Jean D'Ormesson

Repost 0
Published by la coccinelle - dans Culture et cie
commenter cet article
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 11:19

Livre-champi-galerie-de-paleontologie-copie-1.jpgHé, hé ! Ils ont de beaux livres dans la boutique de la galerie de paléontologie... ! Même sans avoir été pistonnée ;-) Une mise en rayon sympa, en attendant la seconde édition du best seller * prévue pour après l'été !

 

* À la recherche des champignons, coécrit avec le grand mycologue Philippe Joly

Repost 0
Published by la coccinelle - dans Culture et cie
commenter cet article
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 13:53

Moinot.jpg

 

Merci Martine, c'est très rigolo :)

Repost 0
Published by la coccinelle - dans Culture et cie
commenter cet article
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 12:00

Alors qu’un milliard d’êtres humains ne mange pas à sa faim, un tiers de la production mondiale de nourriture fini dans… nos poubelles. Avec cette quantité d’aliments, on pourrait pourtant nourrir sept fois la population mondiale qui souffre de malnutrition. A lui seul, le gaspillage alimentaire des Etats-Unis pourrait la sortir deux fois de cette situation. Tristram Stuart, activiste et auteur de “Waste” – devenu la référence internationale en matière de gaspillage alimentaire -, nous emmène en Europe, en Equateur, en Inde, aux Etats-Unis et au Japon. Au cours de ce tour du monde de la honte, soulevant des questions autant éthiques qu’environnementales, il nous propose de découvrir des exemples affligeants de ce gâchis mondial, ainsi que des initiatives locales pour le réduire.

En France, premier pays agricole d’Europe, Angélique Delahaye nous accueille sur son exploitation maraîchère, en Indre-et-Loire. Elle doit jeter un quart de sa production de concombres malgré leur parfaite comestibilité. La raison : le rejet par les distributeurs de ceux qui ne répondent pas à une norme purement esthétique : bien droit, bien lisse, d’un calibre prédéfini. En 2009, les normes européennes sur les calibres avaient pourtant été supprimées. Mais les distributeurs préfèrent répondre aux exigences des consommateurs : des étals abondants, des fruits et légumes parfaits.

Un directeur nous ouvre les portes de son hypermarché. Et soulève le couvercle de ses poubelles. A l’intérieur, des produits parfaitement consommables : des bananes avec des petites taches, un pack entier de soda balancé pour une canette cabossée, des viennoiseries fabriquées la veille. Addition pour les 1 072 hypermarchés français : 2 292 095 tonnes, soit 850 millions d’euros par an. C’est six fois le budget des Restos du Coeur, qui servent 100 millions de repas à l’année…

Dans les foyers français, le gaspillage continue : 400 euros par an et par ménage sont mis à la poubelle, en raison de la mauvaise gestion des dates de péremption et du frigo. La gabegie se poursuit dans l’asssiette. In fine, à la maison, les Français mettent 100 kilos de nourriture par an et par personne à la poubelle.
Fraises au Maroc, haricots verts au Kenya, tomates en Espagne…

Le gâchis ne connaît pas de frontières. Cap sur l’Equateur, plus gros exportateur de bananes au monde. Carlos Torres, administrateur général du groupe Serrano, gros exploitant de 3 000 hectares, se voit refuser 15 % de sa production de bananes. « Il y a trop d’exigences… » En fait, dans ce pays où l’on gaspille dix fois moins que dans les pays occidentaux, on jette les bananes dont nous ne voulons pas : 400 tonnes par jour, soit 146 000 tonnes par an.
Direction l’Inde, quatrième puissance agricole mondiale. Alors que le pays devrait être autosuffisant, un Indien sur cinq a faim. Au marché de Chennai, véritable Rungis à l’échelle du sous-continent, ce sont 150 tonnes de nourriture qui pourrissent à même le sol, chaque jour, en raison des conditions de transport à moindre coût : toiles de jute remplies à ras bord entassées Aux Etats-Unis, le gaspillage alimentaire atteint son apogée avec 100 milliards d’euros par an. Certes, des initiatives fleurissent. L’association City Harvest emploie 100 personnes, qui sillonnent New York avec 16 camions pour récupérer les invendus de grandes enseignes afin de concocter 300 000 repas par semaine. Harvest of Hope réunit 30 000 bénévoles qui glanent les excédents dans les champs de 20 Etats. A Stone Barns, à une heure de New York, on pratique une agriculture raisonnée, où rien ne se perd. Retour en Europe. A Londres, on s’organise aussi pour réduire les 3 millions de tonnes de nourriture qui finissent en déchets chaque année. A la maison Hare Krishna, les bénévoles récupèrent 10 tonnes d’aliments par semaine, dans deux supermarchés, pour alimenter SDF et étudiants.

Mais c’est au Japon qu’on semble avoir sérieusement pris en main ce scandale mondial. Il faut dire que l’archipel, autosuffisant à 40%, importe tout le reste de ses aliments. Une loi votée il y a dix ans oblige les entreprises au recyclage alimentaire. Chez Odakyu, conglomérat de réseaux ferrés, grands magasins et restaurants, les déchets alimentaires permettent de nourrir des porcs bio revendus dans les enseignes du groupe. Aux Galeries Lafayette nippones, Seibu, les restes de la cantine finissent en compost. BioEnergy utilise les aliments avariés pour alimenter 2 400 foyers en électricité. Un documentaire engagé qui nous appelle à mettre un terme à cette gabegie alors qu’en 2050, nous serons 9 milliards sur Terre et autant de bouches à nourrir.

 

Voir le documentaire ici

Repost 0
Published by la coccinelle - dans Culture et cie
commenter cet article
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 08:56

Il y a quelques temps, j'ai eu la chance de rencontrer Florence, de l'association Terre & Cités dont on entend de plus en plus parler. Profitant de l'occasion, elle m'a montré le résultat de l'un de ses projets mené à Verrière et qui sera conduit à l'automne prochain dans le Centre de loisirs du parc à Bures : une plantation de blé réalisée par les enfants...

 

Operation-ble.jpg

 

Outre les aspects pédagogiques et esthétiques de ce projet, c'est tout ce qu'il implique qu'il est extraordinaire d'imaginer. C'est parfois si simple la vie... comme un coquelicot dans un champ de blé !

 

NB : Pour tous les enfants, petits ou grands, si vous avez la chance de croiser au printemps un épi de blé vert (si possible bio) sur votre route, cueillez-le et machez-en ses grains. Tous tendres, ils font d'excellents chewing-gums naturels.

Repost 0
Published by la coccinelle - dans Culture et cie
commenter cet article
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 14:46

Tortue-volante.jpg

Repost 0
Published by la coccinelle - dans Culture et cie
commenter cet article
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 22:23

Une très belle chanson sur le thème de l'eau... et comme on a toujours besoin d'eau !

 

 

"Il pleut... C'est merveilleux je t'aime ;-) Nous resterons à la maison..."

Repost 0
Published by la coccinelle - dans Culture et cie
commenter cet article
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 08:00

Et que l'anatomie des bonbons, ça nous connaît !

 

gummi-bear-anatomy-toys-are-here.jpeg

Repost 0
Published by la coccinelle - dans Culture et cie
commenter cet article
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 20:48

Dominique-Dimey.JPGNous avons été voir aujourd'hui le dernier spectacle de Dominique Dimey, éponyme de son dernier disque, "Des voix pour la planète". J'étais déjà fan avant (ceux qui me côtoient un peu le savent), mais je suis ressortie encore plus subjuguée. À travers ses textes, Dominique Dimey arrive à nous faire voyager depuis l'espace jusque sur Terre, nous transportant des méandres de la consommation au jardin(bio) de son grand-père. Un formidable engagement pour la planète qui rassemble petits et grands autour d'une merveilleuse assemblée pour enfants qui approuve les bonnes résolutions à prendre pour sauver notre Terre.

 

Le bilan de toute cette histoire ? J'étais groupie, ma fille de presque 5 ans l'est devenue, celle de 3 est en passe de le devenir... Dominique Dimey est bel et bien une extraordinaire ambassadrice de la cause environnementale, à découvrir ou à redécouvrir, en tout cas à partager, ce que je fais ici avec vous.

 

Vous pouvez encore aller voir son spectacle jusqu'au 28 novembre à l'espace Paris-Plaine (15e), vous pouvez acheter son merveilleux disque "Des voix pour la planète", l'écouter en boucle comme chez nous ou encore l'offrir autour de vous.

 

Il n'est pas si fréquent de rencontrer de tels artistes, profitons-en !

 

www.dominiquedimey.com

 

Découvrez également tous les autres artistes de Victorie music sur leur site.

 

www.victorie-music.com

 

Et pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer jusqu'à Paris d'ici le 28, Dominique Dimey chantera près de chez nous à Orsay le mercredi 3 avril 2013. Ne la manquez pas !

 

Repost 0
Published by la coccinelle - dans Culture et cie
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 15:18

En 2012 après Jésus-Christ, Dieu visite Noé et lui dit :

- Une fois encore, la terre est devenue invivable et surpeuplée. Construis une arche et rassemble un couple de chaque être vivant ainsi que quelques bons humains. Dans six mois, j'envoie la pluie durant quarante jours et quarante nuits, et je détruis tout !

Six mois plus tard, Dieu retourne visiter Noé et ne voit qu'une ébauche de construction navale.

- Mais, Noé, tu n'as pratiquement rien fait ! Demain il commence à pleuvoir !

- Pardonne-moi, Tout Puissant, j'ai fait tout mon possible mais les temps ont changé :

J'ai essayé de bâtir l'arche mais il faut un permis de construire et l'inspecteur me fait des ennuis au sujet du système d'alarme anti-incendie.

Mes voisins ont créé une association parce que la construction de l'échafaudage dans ma cour viole le règlement de copropriété et obstrue leur vue. J'ai dû recourir à un conciliateur pour arriver à un accord.

Mais l'Urbanisme m'a obligé à réaliser une étude de faisabilité et à déposer un mémoire sur les coûts des travaux nécessaires pour transporter l'arche jusqu'à la mer. Pas moyen de leur faire comprendre que la mer allait venir jusqu'à nous. Ils ont refusé de me croire.

La coupe du bois de construction navale s'est heurtée aux multiples Associations pour La Protection de l'Environnement sous le triple motif que je contribuais à la déforestation, que mon autorisation donnée par les Eaux et Forêts n'avait pas de valeur aux yeux du Ministère de l'environnement, et que cela détruisait l'habitat de plusieurs espèces animales. J'ai pourtant expliqué qu'il s'agissait, au contraire, de préserver ces espèces, rien n'y a fait.

J'avais à peine commencé à rassembler les couples d'animaux que la SPA et WWF me sont tombés sur le dos pour acte de cruauté envers les animaux puisque je les soustrayais contre leur gré à leur milieu naturel et que je les enfermais dans des pièces trop exiguës.

Ensuite, l'agence gouvernementale pour le Développement Durable a exigé une étude de l'impact sur l'environnement de ce fameux déluge.

Dans le même temps, je me débattais avec le Ministère du Travail qui me reprochait de violer la législation en utilisant des travailleurs bénévoles.

Je les avais embauchés car les Syndicats m'avaient interdit d'employer mes propres fils, disant que je ne devais employer que des travailleurs hautement qualifiés et, dans tous les cas, syndiqués.

Enfin le Fisc a saisi tous mes avoirs, prétextant que je me préparais à fuir illégalement le pays tandis que les Douanes menaçaient de m'assigner devant les tribunaux pour 'tentative de franchissement de frontière en possession d'espèces protégées ou reconnues comme "dangereuses".

Aussi, pardonne-moi, Tout Puissant, mais j'ai manqué de persévérance et j'ai abandonné ce projet.

Aussitôt les nuages se sont dissipés, un arc-en-ciel est apparu et le Soleil a lui.

- Mais tu renonces à détruire le monde ? demanda Noé.

- Inutile, répondit Dieu, l'administration s'en charge.

Repost 0
Published by la coccinelle - dans Culture et cie
commenter cet article